Pourquoi je n’aime pas les zoos

Aujourd’hui je te parle protection animale, parce que ça fait vraiment longtemps que je n’en parle pas sur le blog, et pourtant, je suis toujours autant convaincue par cette cause, et toujours autant végétarienne.

Je vais t’expliquer les raisons qui me poussent à ne pas porter les zoos dans mon cœur. Parce que ce n’est pas une bonne chose selon moi. On pourrait croire que les animaux sont bien dans les zoos, que cela protège des espèces (ce qui est parfois le cas mais à quel prix ?) , etc … Personnellement c’est ce que je me disais avant, mais j’ai changé d’avis.

Tout d’abord, je crois qu’il est plutôt clair que ces animaux manquent de place. Ce sont des animaux sauvages, qui ont besoin de grandes plaines, ou de grands espaces pour se sentir bien. Or dans les zoos, ils se retrouvent dans des petites cages. Certains ont la « chance » d’avoir des plus grands espaces pour pouvoir bouger, mais ce n’est pas le cas de tous, et de toute façon, même une grande cage ne me semble pas du tout suffisant. Ils ont besoin de pouvoir parcourir de longues distances, de ne pas rester toujours au même endroit toute leur vie ! Les animaux sauvages souffrent de cette situation, mentalement, comme physiquement. Ils ont un taux de reproduction extrêmement faible. Je peux comprendre que l’on veuille sauvegarder des espèces en voie de disparition, mais au final, entre l’extinction d’une espèce naturellement, ou la maintenir présente, mais artificiellement et de sorte qu’ils ne soient pas dans de bonnes conditions de vie, quelle est la meilleure option ? Personnellement je penche pour une extinction naturelle. Je trouve qu’il faut respecter les lois de la nature. Personne ne peut être épanoui dans une cage toute sa vie.

Et puis, il est clair qu’ils ne sont pas du tout dans leur environnement naturel. Le climat n’est pas toujours adapté aux animaux en question.

De plus, si l’on réfléchit au but des zoos, on sait tous qu’ils sont là pour amuser l’être humain. Bon, d’une autre façon qu’un cirque bien sûr, mais c’est vraiment pour attiser la curiosité de l’humain. Tu imagines ? On enferme des pauvres bêtes toute leur vie pour que certains humains puissent les voir de temps en temps en vrai. On pourrait très bien vivre sans. Ou bien aller les voir dans leur environnement naturel ! Ce n’est tout simplement pas éthique de faire une chose pareille pour un intérêt si peu légitime de la part des êtres humains. Oui, peut-être que certains vont au zoo pour étudier les comportements des animaux (etc), mais il s’agit là d’une petite minorité du taux de visiteurs. Et puis, le mieux pour étudier les comportements animaux, est quand même de les étudier quand ils sont dans leur environnement naturel, non ? Enfin il me semble …

Ces animaux voient des humains les regarder toute la journée, comment doivent-ils vivre ce cauchemar ? Etre observé en permanence … Dans une cage … Le pire c’est les oiseaux je trouve, ils ont normalement le ciel entier à leur disposition, et dans les zoos, leur espace de vol est totalement réduit. C’est vraiment triste.

Certains zoos essayent de ré-introduire les animaux dans la nature par après, mais pas tous. La toute grande majorité des animaux restent enfermé en captivité toute leur vie …

Pour finir, je te rappellerai brièvement l’affaire du girafon du zoo de Copenhague. Tu peux lire mon article si tu veux. Bref, il a été tué parce qu’il ne correspondait pas aux critères du zoo. Ce cas a été public, mais combien de cas similaires se passent sans que le grand public soit mis au courant ?

Après voilà, je ne te jette pas la pierre si tu vas au zoo parce que moi-même j’y suis allée quelques fois. Mais depuis que j’y ai bien réfléchis, je n’y vais plus. Essaye de voir si ce genre d’endroit est en accord avec tes valeurs … Réfléchis-y un peu si tu as le temps 🙂

Bisous!!

Je laisse un avis que je trouvais intéressant, mais trop scientifique pour que je puisse le reformuler  moi-même;

« Snow Leopard The ghost of the mountains.

Pourtant les animaux dépriment dans l’environnement monotone de captivité,des maladies digestives,cutanées,respiratoires et cardiovasculaires,ainsi que des troubles du comportement(stéréotypies) apparaissent…
Malgré les pseudo programmes d’enrichissement dont les animaux se lassent très vite,les vétérinaires doivent avoir recours de plus en plus a des psychotropes et autres antidépresseurs(c’est bien la preuve que las animaux s’ennuient).
Comme le disait le le professeur Jean Claude Nouët: »Si un vétérinaire est attaché au parc zoologique, c’est bien la preuve que les animaux y sont malades. Son rôle est d’ailleurs très ambigu. Il est conduit à soigner des animaux que la captivité elle même rend malades, ou fous »

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Pourquoi je n’aime pas les zoos

  1. Il y a des progrès à faire, c’est certain, mais le souci c’est qu’une extinction, même « naturelle », des principales espèces animales présentes dans les zoos, entrainerait de graves répercussions sur la planète et les êtres vivants. En effet, la moindre perturbation dans un réseau trophique (disparition d’un maillon de la chaîne alimentaire) serait tout simplement catastrophiques et nous toucheraient plus ou moins directement.

    Je ne dis pas que les abus que l’on a pu constater sont une bonne chose, loin de là. Mais sans les programmes d’introduction à la vie sauvage organisés dans les zoos, ce serait encore pire que ce que l’on voit maintenant.

    ———
    Prenons un des exemples rapportés par l’étude, celui d’une chaîne alimentaire de l’Afrique sub-saharienne. Au sein de cet écosystème, la diminution du nombre de grands prédateurs, comme le léopard ou le lion, a entraîné une cascade d’événements : les babouins olive, exposés à une prédation amoindrie, se sont multipliés. Leurs exigences en espace et en nourriture ont augmenté et ils se sont ainsi rapprochés des habitations humaines. Les parasites intestinaux des babouins, dont la population a augmenté en même temps que celle des babouins, ont finalement été transmis aux humains. Voici l’exemple de la modification d’une chaîne alimentaire ayant des conséquences sanitaires pour l’Homme.

    Autre exemple : en Afrique de l’Est, l’introduction de la peste bovine a provoqué le déclin des populations des grands herbivores tels que le gnou ou encore le buffle. Cause immédiate : augmentation du couvert végétal (voir l’illustration ci-dessus), ce qui provoque une augmentation de l’ampleur des incendies dans les plaines. Incendies qui provoquent d’importants dégâts matériels et ont un lourd impact économique (voir ci-dessous).

    Source: http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-disparition-grands-predateurs-mene-catastrophes-31493/

    J'aime

    • En effet si cela provoque des conséquences graves, je peux concevoir que la sauvegarde des animaux en voie d’extinction peut être intéressante. Mais je doute vraiment que tous les animaux présents dans les zoos soient tous en voie d’extinction. Il est clair qu’un des buts principaux des zoos est de nous divertir. Et je ne pense pas que tous les zoos soient vraiment dans cette optique, ça dépend un peu lesquels. Et puis, si le but était juste de protéger les animaux en voie de disparition, pourquoi ne pas leur donner plus d’espace ? Les zoos ne se préoccupent tout simplement pas assez du bien être animal. Merci pour ton commentaire intéressant ! 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s