Querétaro, ma ville mexicaine préférée.

Pour continuer la rubrique « villes mexicaines », je te présente aujourd’hui Querétaro (ou Santiago de Querétaro pour son nom complet). C’est la capitale de l’Etat de Querétaro de Arteaga et elle est située au Nord-Ouest de la capitale mexicaine, Mexico city, a environs 200 km de distance.

Il faut donc compter 3 bonnes heures d’autocar pour y arriver en venant de la capitale, mais c’est assez simple d’y accéder. Par contre, les taxis de Querétaro sont assez chers par rapport aux autres parties du Mexique.

Le centre historique de la ville est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Celui-ci regorge de palais coloniaux, de rues piétonnes, et de jolies grandes places.

Querétaro est une ville historiquement très riche, car c’est là que  des événements très importants de l’histoire du Mexique se sont passés ;

  • 1810 : Fomentation de l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne
  • 1848 : Le Traité de Guadalupe Hidalgo y fut ratifié (fin de guerre contre les EU)
  • 1917 : C’est là que la Constitution du pays a été signée !

Il y a énormément de choses à découvrir et à voir à Querétaro, mais c’est surtout le célèbre Aqueduc qui m’a le plus impressionnée. Il fait 8 km de long, et servait à l’époque à approvisionner  la ville en eau.

C’est une ville que j’ai vu deux petites fois, donc pas assez à mon gout, et je recommande vivement à toute personne passant au Mexique d’aller y faire un tour !

Je pense d’ailleurs que c’est ma ville préférée du Mexique. Pas trop « playa », pas trop polluée, pas trop grande, pas trop petite, un juste équilibre en fait. En gros, si je devais choisir une ville où vivre au Mexique, ce serait clairement là que je me poserais.

Mes photos ne sont pas du tout à la hauteur de la beauté de la ville (et je pèse mes mots), mais je les mets quand même.

PS: J’y suis allée le jour de la fête de l’indépendance du Mexique, d’où les feux d’artifices et le monde dans les rues.

place-queretaro.jpg
Lire la suite

Publicités

14 choses qui m’ont choquées en arrivant au Mexique

Coucou les amis, aujourd’hui, je sors un vieil article. Je l’avais commencé il y a super longtemps, et je le complétais au fur et à mesure que des idées me venaient en tête pour être sûr de ne rien oublier, mais là ça fait longtemps que je n’ajoute rien et qu’à la limite ma mémoire s’effrite donc je pense que c’est le moment de le publier.

Quand je suis arrivée au Mexique, les quelques premières semaines ont été signe de découverte et d’étonnement. Car je me suis rendue compte qu’il y a certaines choses un peu bizarres qui font partie de la culture mexicaine. Voici les … trucs, qui m’ont vraiment semblé différentes de chez nous :

– Le bus 

Le bus c’est le transport  mythique du Mexique (avec les taxis). Genre oublie tout de suite l’image des bus de Belgique ou de France, et imagine une sorte de boite en rectangle, qui rugit tel un monstre, et qui se tient avec difficulté sur ses 4 roues. Enfin l’extérieur, ça passe encore (quoi que ça dépend des villes). Le pire c’est quand tu es dedans. Alors je ne sais pas si je dois te parler du stress permanent de faire un accident ? Les chauffeurs n’ont pas l’air d’avoir la moindre notion de la prudence. Genre ça arrive assez régulièrement que les chauffeurs décident de faire des courses entre eux, pour que tu voies le genre. Les banquettes sont dures comme du béton, mais même comme ça, tu es content quand tu peux être assis, car debout tu es sans cesse dérangé par les vendeurs qui entrent et sortent du bus toutes les 3 minutes. Bon, les cris des vendeurs, la musique mexicaine à fond, de quoi te rendre dingue. Et pour ce qui est des arrêts, bin il n’y en a pas. Le minimalisme quoi. Genre tu choppes le bus comme tu peux, tu sautes dedans (oui ça devient rare quand il s’arrête vraiment), et pour sortir c’est pareil. Alala, ces fameux bus mexicains, c’est quand même un truc de fou hein ! Lire la suite

La corrida, cette barbarie …

Je sais, je me lance sur un terrain miné; la corrida.

Commençons par une présentation du phénomène. La corrida, en très bref, c’est un combat entre un taureau et un con, encouragé par d’autres cons, la plupart du temps dans des villes de cons (…). Non je rigooooole, c’est juste un extrait de la chronique de PE Barré à propos de la corrida sur Canal + (chronique entière) (bon, j’avoue que je suis assez d’accord avec sa description de la corrida). 

Pour être plus objective, la corrida, c’est une arène remplie de gens qui payent pour assister à un « combat » entre un taureau, et un matador (du verbe « matar » en espagnol ; tuer). Le matador  se sert de piques qu’il plante dans le taureau, et d’un grand drap rouge pour énerver celui-ci. Dans la quasi-totalité des cas, le taureau meurt.

« La corrida, ni un art, ni une culture, mais la torture d’une victime désignée » – Emile Zola.

Projet-de-loi-anti-corrida-bientot-a-l-ordre-du-jour

Source: Paris Match

Lire la suite

Taxco, ville de l’argent

taxco-mexique-ville-tourisme-voyage
Aujourd’hui, j’ai envie de te présenter Taxco.

Taxco, c’est une petite ville mexicaine, à 120 km de Mexico.

Alors, comment te dire … Si tu veux aller à Taxco, sois en bonne santé avant car le chemin est rempli de virages et il fait ultra chaud (on descend dans le Mexique –> il fait plus chaud)(vive Toluca et le froid).

Lire la suite

Une année à l’étranger, l’envers du décor

Comme certaines le savent peut-être déjà, je suis partie un an au Mexique, une deuxième rhéto pour être précis. Une année très spéciale pour moi, très enrichissante. Et j’ai envie de partager mon expérience. 

 

Avant de partir, j’étais super stressée, j’avais des rêves pleins la tête, je m’imaginais pleins de choses merveilleuses. Je m’imaginais ma famille d’accueil et mes futurs amis à l’école. Quand on dis « je pars au Mexique », ça fait tout de suite « aventure » ! Je m’étais renseignée avant de partir, j’avais eu des échos plus ou moins positif de ceux qui étaient déjà partis, et je savais que beaucoup devaient changer de famille d’accueil car ça n’allait pas. Mais moi, je me disais que ça ne m’arriverait pas, après tout, si je faisais tout mon possible pour m’adapter et m’intégrer, franchement pourquoi il y aurait un problème. 

Lire la suite

Rien n’emprisonne l’innocence / Florence Cassez & Eric Dussart

Le 8 décembre 2005, c’est le jour où Florence Cassez se fait arrêter par la police mexicaine.
Le 23 janvier 2013, la Cour suprême lui rend sa liberté.

Elle a passé 7 ans à attendre dans une prison mexicaine, pour un crime qu’elle n’avait pas commis. 7 ans de sa vie se sont envolées, et pour cause, elle se trouvait au mauvais moment, au mauvais endroit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite

La bière au Mexique

Lors de mon long voyage au Mexique, si il y a bien une boisson  que j’ai adoré et qui me manque vraiment ici, c’est la bière mexicaine mélangée. Je n’ai jamais été une grande fan de bière -même la belge qui a pourtant bonne réputation- mais ces 2 types de bières là, impossible de ne pas aimer. Car si les mexicains adorent ajouter des épices piquantes et du citron à tous les plats, les boissons n’y échappent pas non plus.

A première vue, c’est vrai que ça peut paraître bizarre d’ajouter des ingrédients  dans la bière, mais au final, c’est juste hyper hyper délicieux et ça rend carrément accro. J’ai toujours des envies de mettre du citron et du sel dans ma bière maintenant ! En tout cas, c’est bien dommage que ces mélanges ne soient pas connus des belges, mais en même temps, c’est aussi ça qui rend le Mexique bien particulier.

Voici donc mon petit best-of personnel ;

Tout d’abord, il y a le Clamato. C’est une espèce de jus de tomate qu’on mélange avec la bière, tout simplement. Bière et tomate ? Wtf? Détrompez-vous, c’est la chose la plus délicieuse au monde ! On peut acheter le mélange déjà tout fait sous forme de canette, ou le faire soit même en achetant le Clamato en bouteille.

Lire la suite